Bouger

Un programme de prévention santé pour les jeunes couples

Un programme de prévention santé pour les jeunes couples

Un essai clinique teste l’efficacité et l’utilité d’une action de prévention santé centrée sur l’activité physique et la diététique auprès de personnes vivant en couple depuis moins de deux ans.

Un essai randomisé contrôlé australien de Dzator et ses collaborateurs, publié dans la revue Journal of Clinical Epidemiology en 2004, évalue sur 12 mois l’efficacité et le coût-efficacité d’un programme de prévention primaire combinant activité physique et alimentation saine sur la condition physique, l’alimentation, le taux de cholestérol de personnes vivant en couple depuis moins de 2 ans. Les résultats montrent une alimentation plus saine, une amélioration de la forme physique et du taux de cholestérol jusqu’à 12 mois chez les participants du programme par rapport au groupe contrôle.


Le rationnel de l’étude

Un mariage ou concubinage peut impacter négativement la santé des personnes. Les personnes vivant en couple pour la première fois ont tendance à augmenter leur apport énergétique et à diminuer leur activité physique conduisant à une prise de poids. Ce mode de vie augmente les facteurs de risque pour la santé tels que les maladies cardiovasculaires et les diabètes chroniques. Les maladies cardiovasculaires sont la cause principale de mortalité dans de nombreux pays. En Australie, 39% de la mortalité en 2000 étaient associés aux maladies cardiovasculaires. Elles constituent également un coût économique et social important. 12% des dépenses de santé en Australie en 1993 et 1994 ont été consacrées au soins des maladies cardiovasculaires, soit 3,7 milliards de dollars.

Le niveau de pratique physique est insuffisant pour apporter des bénéfices sur la santé chez la moitié des australiens. Le manque d’activité physique provoque des coûts importants en termes de morbidités et de mortalité. Entre 1989 et 2000, les taux de surpoids et d’obésité ont augmenté de 48 à 67% pour les hommes et de 34 à 52% pour les femmes. La prise de poids accroit également le risque de diabète de type 2.

 Cet essai clinique donne des résultats intéressant sur le coût-efficacité des programmes d’éducation à un mode de vie plus sain chez les jeunes couples.

La question posée

Un programme de prévention santé basé sur une éducation à une alimentation plus saine et à une pratique régulière d’activité physique est-il avantageux en terme de coût-efficacité?

La méthode

L’essai randomisé contrôlé de Dzator et ses collaborateurs, compare le coût-efficacité de deux actions de prévention santé basées sur les activités physiques et la diététique et sur l’adoption d’un mode de vie plus sain. L’étude porte sur 81 couples vivant pour la première fois ensemble depuis moins de 2 ans. Les participants étaient placés aléatoirement dans 3 groupes distincts : un groupe bénéficiait du programme d’activité physique et de nutrition (haute intensité), un autre groupe bénéficiait de ce même programme mais moins intense (faible intensité) et un groupe contrôle. Les mesures biologiques concernaient la pression systolique et diastolique et la fréquence cardiaque. Les mesures anthropométriques concernaient le poids, la taille, le tour de taille et de hanches. Une prise de sang à jeun était réalisée pour déterminer le taux de cholestérol total et de lipoprotéines de haute densité (HDL). Les mesures concernaient le régime alimentaire sur 3 jours (Xyris Diet/1 Software et Short Fat Questionnaire), le niveau d’activité physique (7-day recall questionnaire et 14-day activity recall) et le coût économique des programmes. Les mesures étaient relevées en début d’intervention, en fin d’intervention à 16 semaines puis à 12 mois de suivi.

L’intervention non médicamenteuse (INM) testée

Le programme d’activité physique et de régime diététique durait 4 mois. Le programme était composé d’une série de 6 modules portant sur la nutrition, l’activité physique et les avantages à adopter un mode de vie sain. Un professionnel des activités physiques et un diététicien formé à la prévention primaire expliquaient l’objectif du programme aux couples lors de la première visite.

Programme intensif: des séances étaient envoyées par courrier en alternance avec des séances supervisées. Chaque groupe était composé de 8 couples.

Programme de faible intensité:  Les participants assistaient à une séance initiale de groupe. Puis les modules étaient envoyés par courrier toutes les 2 à 3 semaines.

Le programme d’activités physiques visait à encourager les participants à pratiquer au moins 30 minutes d’activité physique modérée la plupart des jours de la semaine. Les thèmes de l’éducation pour la santé comprenaient les bienfaits sur la santé de l’exercice, d’une alimentation saine, de la manière de débuter un programme d’exercice, de prévenir les blessures, de reconnaître les signes de surmenage et de maintenir une pratique physique dans le temps même en couple.

Le programme de nutrition visait à encourager l’adoption d’habitudes alimentaires saines, riches en fruits, légumes, fibres et faibles en matières grasses et sel. Les modules éducatifs abordaient la pyramide du régime sain, les types et les sources de graisses alimentaires, une alimentation saine en fonction du budget, les besoins nutritionnels spécifiques et les lignes directrices pour le choix de menus sains au restaurant.

Les résultats principaux

Les résultats montrent que les deux programmes de prévention santé sont efficaces pour améliorer la santé physique et nutritionnelle des participants par rapport au groupe contrôle. Les résultats montrent également une amélioration plus importante du taux de cholestérol, de la pression artérielle, de l’apport en matière grasse et du niveau de pratique physique dans le groupe bénéficiant du programme intensif par rapport au groupe bénéficiant du programme de faible intensité. Le programme de haute intensité a un meilleur ratio coût-efficacité que le programme de faible intensité en fin d’intervention et après un an.

Cette étude apporte la preuve qu’une action de prévention santé améliore le mode de vie et des paramètres biologiques de personnes vivant en couple, et ceci d’autant plus si elle est intensive. Cette action permet également de réduire les dépenses de santé. 


Le message pour les patients

L’adoption d’un mode de vie délétère pour la santé est fréquente en début de vie de couple. Une action de sensibilisation à l’activité physique et à la diététique de 4 mois améliore l’état de santé physique et psychologique de ces jeunes couples tout en réduisant les dépenses de santé.

Le message pour les professionnels

Les résultats de cet essai clinique démontrent qu’il est possible de parvenir à des changements de mode de vie des personnes vivant en couple à faible coût. Prescrire ce type de programme d’éducation pour la santé aux personnes vivant en couple depuis moins de deux ans permet de les encourager à adopter un mode de vie plus sain, et prévenir de nombreuses dépenses de santé. Un programme intensif est préférable à un programme léger.

Le message pour les chercheurs

Cet essai clinique a évalué le coût-efficacité d’une intervention en prévention primaire visant à modifier le mode de vie des personnes vivant en couple depuis moins de 12 mois. Ce type de programme est efficace pour modifier les comportements de santé des personnes.

Le message pour les décideurs

L’obésité croissante et les maladies chroniques liées aux mauvaises habitudes de vie continuent de menacer la santé des individus dans les pays développés comme dans les pays en voie de développement. Ce type d’intervention fournit des avantages prometteurs sur les facteurs de risque cardiovasculaires. Les bénéfices pourraient ensuite se traduire par une réduction substantielle des dépenses liées à la santé.


La référence

Dzator JA, Hendrie D, Burke V, Gianguilio N, Gillam HF, Beilin LJ, Houghton S (2004). A randomized trial of interactive group sessions achieved greater improvements in nutrition and physical activity at a tiny increase in cost. Journal of Clinical Epidemiology, 57, 610-619.


Articles similaires du Blog en Santé ©

Sur le même thème

Sur le même public

Sur la même intervention non médicamenteuse


Pour citer cet article du Blog en Santé ©

Ninot G (2016). Life couple contributes to the health prevention. Blog en Santé, A85.

© Copyright 2016 Grégory Ninot. All rights reserved.

One thought on “Un programme de prévention santé pour les jeunes couples
  1. Alexandre says:

    Pour ce sujet ou un autre la prévention est de toute façon ce qu’il y a de plus efficaces. Chez un jeune couple, c’est encore plus parlant car c’est à ce moment là qu’il faut être vigilant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *