Lexique

Définir la notion de prévention secondaire

Définir la notion de prévention secondaire

La prévention est «l’ensemble des mesures visant à éviter ou réduire le nombre et la gravité des maladies, des accidents et des handicaps» (Organisation Mondiale de la Santé, 1948). Elle rassemble toutes les actions, les attitudes et les comportements qui tendent à éviter la survenue d’une maladie ou d’un trouble de santé et à maintenir ou à améliorer la santé. La prévention secondaire vise à diminuer la prévalence d’une maladie, soit le nombre de cas présents sur une période donnée, soit le nombre dépendant de l’incidence et de la durée de la maladie. Elle recouvre des actions destinées à agir au tout début de l’apparition du trouble ou de la pathologie afin de s’opposer à son évolution (Organisation Mondiale de la Santé, 1984). Dans cette logique, le dépistage ou le diagnostic précoce de la maladie est essentiel pour pouvoir mettre en place des stratégies thérapeutiques précoces en vue d’éviter la progression de la maladie. Tout est mis en œuvre pour détecter et traiter précocement une maladie ou d’un problème de santé pour limiter les conséquences néfastes. Elle s’adresse aux personnes qui présentent un facteur de risque de contracter une maladie (par exemple une surcharge pondérale susceptible d’annoncer avec une faible marge d’erreur un diabète de type 2) ou qui souffrent de symptômes dont l’intensité n’est pas suffisante (on parle de prodrome) pour établir le diagnostic d’une maladie (par exemple un essoufflement à l’effort plus intense que d’habitude qui peut être susceptible d’annoncer une maladie cardio-vasculaire ou respiratoire).

Des définitions

Une commission américaine sur les maladies chroniques a proposé en 1957 une des premières définition de la prévention dans le domaine de la santé: «ensemble des mesures visant à éviter ou à réduire le nombre et la gravité des maladies, des accidents et des handicaps» (Commission on Chronic Illness, 1957). Afin d’envisager toutes les modalités d’action de prévention, l’Organisation Mondiale de le Santé distingue depuis 1984 trois catégories selon le moment où l’action de prévention est proposée, (1) une prévention primaire qui tente d’éviter l’apparition d’une maladie ou d’un problème de santé, (2) une prévention secondaire qui vise à stopper ou à retarder l’évolution d’une maladie par le dépistage précoce et un traitement approprié, ou à réduire le risque de rechute et de chronicité et (3) une prévention tertiaire qui intervient après la survenue de la maladie et qui tend à réduire les dégâts dus à la maladie. Si d’autres définitions existent dans la littérature (Bourdillon, 2006 ; Trivalle, 2002), la classification de l’OMS de 1984 est la plus communément admise et utilisée dans la littérature scientifique et médicale.

Des publics

La prévention secondaire cible les personnes soit déclarées malades, handicapées ou incarcérées, soit en voie de le devenir (par exemple les personnes fumeuses à risque de cancer).


Le message général

Dépister précocement une maladie permet d’éviter de nombreuses conséquences dramatiques. Dans le cancer du sein ou de la prostate par exemple, la preuve de son utilité est faite.

Le message pour les professionnels de santé

Rechercher précocement des maladies permet la plupart du temps d’éviter des conséquences tragiques plus tard pour un patient. Cette mission devrait d’une manière ou d’une autre impliquer les éducateurs, les travailleurs sociaux, les personnels administratifs, et pas uniquement les soignants ou la médecine de du travail.

Le message pour les chercheurs

Les progrès scientifiques sur les tests de dépistage sont spectaculaires. Ils sont devenus plus fiables. Les professionnels de santé repèrent ainsi de plus en plus tôt une maladie. Mais que faire du résultat? Une réflexion éthique est nécessaire pour savoir que dire au patient au cas où aucune solution thérapeutique n’existe.

Le message pour les décideurs

Les progrès scientifiques sur les tests de dépistage sont spectaculaires. Ils sont devenus plus fiables. Les professionnels de santé repèrent ainsi de plus en plus tôt une maladie et peuvent soit la guérir, soit ralentir sa progression.


Références

Bourdillon F, Brucker G, Tabuteau D (2007). Traité de santé publique. Paris : Flammarion.

Commission on Chronic Illness (1957). Chronic illness in the United States. Cambridge : Harvard University Press.

Organisation Mondiale de la Santé (1984). Glossaire de la série «santé pour tous». Genève : OMS Editions.

Trivalle C (2002). Gérontologie préventive. Paris : Masson.


Références pour approfondir le sujet

Bodenheimer T (2008). Coordinating care – A perilous journey through the healthcare system. New England Journal of Medicine, 358, 1064-1071.

Bourbeau J, Collet JP, Schwartzman K, Ducruet T, Nault D, Bradley C (2006). Economic benefits of self-management education in COPD. Chest, 130, 1704-1711.

Bousquet J, Abdelhak S (…), Auffray C (2011). Systems medicine and integrated care to combat chronic noncommunicable diseases. Genome Medicine, 6, 43-46.

Boutron I, Ravaud P, Moher D (2012). Randomized clinical trials of non pharmacological treatments. Boca Raton : CRC Press Taylor & Francis.

Bryan S, Sofaer S, Siegelberg T, Gold M (2009). Has the time come for cost-effectiveness analysis in US health care? Health Economics, Policy and Law, 4, 425-443.

Craig P, Dieppe P, Macintyre S, Michie S, Nazareth I, Petticrew M. (2008). Developing and evaluating complex interventions: the new Medical Research Council guidance. British Medical Journal, 337, 979-983.

D’Ivernois J-F, Gagnayre R (2004). Apprendre à éduquer le patient : approche pédagogique. Paris : Maloine.

De Ridder D, Geenen R, Kuijer R, van Middendorp H. (2008). Psychological adjustment to chronic disease. Lancet, 19, 246-255.

Deccache A, Lavendhomme E (1989). Information et éducation du patient : des fondements aux méthodes. Bruxelles : De Boeck.

Dunbar-Jacob J, Mortimer-Stephens MK (2001). Treatment adherence in chronic disease. Journal of Clinical Epidemiology, 54, 57-60.

Effing T, Monninkhof EM, van der Valk PD, van der Palen J, van Herwaarden CL, Partidge MR, Walters EH, van der Palen J (2007). Self-management education for patients with chronic obstructive pulmonary disease. Cochrane Database of Systematic Reviews, 4, CD002990.

Griffiths TL, Phillips CJ, Davies S, Burr ML, Campbell IA (2001). Cost effectiveness of an outpatient multidisciplinary pulmonary rehabilitation programme. Thorax, 56, 779-84.

Jaquat D (2010). Education thérapeutique du patient : Propositions pour une mise en œuvre rapide et pérenne. Paris : Assemblée Nationale.

Lacroix A, Assal J-P (1998). L’éducation thérapeutique des patients. Nouvelles approches de la maladie chronique. Paris : Edition Vigot.

Neumann PJ, Palmer JA, Daniels N, Quigley K, Gold MR, Chao S (2008). A strategic plan for integrating cost-effectiveness analysis into the US healthcare system. American Journal of Management Care, 14, 185-188.

Ninot G (2013). Démontrer l’efficacité des interventions non médicamenteuses : Question de points de vue. Montpellier : Presses Universitaires de La Méditerranée.

Ninot G, Moullec G, Picot MC, Jaussent A, Desplan M, Brun JF, Mercier J, Hayot M, Prefaut C (2011). Cost-saving effect of supervised exercise associated to COPD self-management education program. Respiratory Medicine, 105, 377-385.

Nolte E, McKee M. (2008). Caring for people with chronic conditions: A health system perspective. Maidenhead : Open University Press.

Préfaut C, Ninot G (2009). La réhabilitation du malade respiratoire chronique. Paris : Masson.

Rea H, McAuley S, Stewart A, Lamont C, Roseman P, Didsbury P (2004). A chronic disease management program can reduce days in hospital for patients with COPD. Internal Medicine Journal, 34, 608-614.

Sackett DL, Straus SE, Richardson WS, Rosenberg W, Haynes RB (2000). Evidence-Based Medicine: how to practice and teach EBM. London: Churchill Livingstone.

Sicard D (2002). La médecine sans le corps. Paris : Plon.

Traynard PY, Gagnayre R (2001). L’éducation du patient atteint de maladie chronique. L’exemple du diabète. ADSP, 36, 48-49.


Rapports officiels

Académie Nationale de Médecine (2013). La Culture de prévention en santé : des questions fondamentales, rapport dirigé par le Pr. Claude Dreux. Paris: Académie de Médecine.

Cour des Comptes (2011). Rapport sur la Prévention sanitaire de la Cour des Comptes à l’Assemblée Nationale. Paris: Assemblée Nationale.

European Chronic Disease Alliance (2010). A unified prevention approach: The case for urgent political action to reduce the social and economic burden of chronic disease through prevention. Brussels: Main European Medical Society.

European Commission (2013). Mental health Systems in the European Union Member States, Status of Mental Health in Populations and Benefits to be Expected from Investments into Mental Health European profile of prevention and promotion of mental health. Brussels: European Commission Editions.

European Union (2013). Executive Agency for Health and Consumers (2013). Economic analysis of workplace mental health promotion and mental disorder prevention programmes and of their potential contribution to EU health, social and economic policy objectives. Brussels: European Union Editions.

European Centre for Disease Prevention and Control (2011). Evidence-based methodologies for public health : How to assess the best available evidence when time is limited and there is lack of sound evidence. Stockholm: ECDC.

Haut Conseil de la Santé Publique (2009). La prise en charge et la protection sociale des personnes atteintes de maladie chronique. Paris: HCSP.

Haut Conseil de la Santé Publique (2013). Évaluation du plan pour l’amélioration de la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques 2007-2011. Paris: HCSP.

Haute Autorité de Santé (2011). Développement de la prescription de thérapeutiques non médicamenteuses validées. Paris: HAS.

Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé (2009). Agences Régionales de Santé : Promotion, prévention et programmes de santé, rapport dirigé par le Pr. François Bourdillon. Paris: Editions INPES.

Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé (2010). Prospective santé 2030-prévention 2010. Paris: Editions INPES.

Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé (2010). Education thérapeutique du patient. Paris: Editions INPES.

International Association of National Public Health Institutes (2011). National Public Health Institutes: European perspective. Brussels: Juvenes Print – Tampere University Print.

Ministère de la Santé (2006). Plan d’amélioration de la prise en charge de la douleur (2006-2010). Paris: Ministère de la Santé.

Ministère de la Santé (2007). Plan National Bien Vieillir (2007-2009). Paris: Ministère de la Santé.

Ministère de la Santé (2007). Plan pour l’amélioration de la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques et des Solidarités (2007-2011). Paris: Ministère de la Santé.

Ministère de la Santé (2008). Plan Santé des jeunes 2008-2010. Paris: Ministère de la Santé.

Ministre de la Santé (2008). Mission au profit du gouvernement relative aux disparités territoriales des politiques de prévention sanitaire. Paris: Ministère de la Santé.

Ministère de la Santé (2008). Plan Alzheimer et maladies apparentées (2008-2012). Paris: Ministère de la Santé.

Ministère de la Santé (2010). Plan National Maladies Rares (2011-2014). Paris: Ministère de la Santé.

Ministère de la Santé (2014). Les comptes nationaux de la santé en 2013, rapport dirigé par C. Zaidman, M.-A. Le Garrec et M. Bouvet. Paris: DREES.

Ministère de la Santé (2011). L’état de santé de la population en France. Suivi des objectifs annexés à la loi de santé publique, rapport dirigé par S. Danet. Paris: DREES.

Ministère de la Santé (2011). Programme National Nutrition Santé (2011-2015). Paris: Ministère de la Santé.

Ministère de la Santé (2013). Feuille de route de la Stratégie Nationale de Santé. Paris: Ministère de la Santé.

Ministère de la Santé (2014). Plan Cancer III 2014-2019. Paris: Ministère de la Santé.

Ministère des Sports (2013). Dispositifs d’activités physiques et sportives en direction des âgés, rapport dirigé par D. Rivière. Paris: Ministère de la Jeunesse et des Sports.

Organisation Mondiale de la Santé (1986). La charte d’Ottawa. Genève: OMS Editions.

Organisation Mondiale de la Santé (2004). A strategy to prevent chronic disease in Europe: A focus on public health action. The CINDI vision. Geneva: WHO Editions.

Organisation Mondiale de la Santé (2006). Prévention des maladies chroniques: un investissement vital. Genève: OMS Editions..

Organisation Mondiale de la Santé (2006). Gaining health: The European Strategy for the Prevention and Control of Noncommunicable Diseases. Copenhagen: OMS Editions.

Organisation Mondiale de la Santé (2008). Action plan for the global strategy for the prevention and control of non-communicable diseases (2008-2013). Prevent and control cardiovascular diseases, cancers, chronic respiratory diseases, diabetes. Genève: OMS Editions.

Organisation Mondiale de la Santé (2013). Prevention and control of noncommunicable diseases in the European Region: a progress report. Copenhagen : OMS Editions.

Organisation Mondiale de la Santé (2014). Note d’orientation sur la prévention des maladies chronique. Genève: OMS Editions.


Pour citer cet article du Blog en Santé ©

Ninot G (2014). Définir la notion de prévention secondaire. Blog en Sante, L14.

© Copyright 2014 Grégory Ninot. All rights reserved.