Lexique

Définir la notion de prévention primaire

Définir la notion de prévention primaire

La prévention est «l’ensemble des mesures visant à éviter ou réduire le nombre et la gravité des maladies, des accidents et des handicaps» (Organisation Mondiale de la Santé OMS, 1948). Elle rassemble toutes les actions, les attitudes et les comportements qui tendent à éviter la survenue d’une maladie ou d’un trouble de santé et à maintenir ou à améliorer la santé. «La prévention primaire est définie comme l’ensemble des actes destinés à diminuer l’incidence d’une maladie, donc à réduire l’apparition des nouveaux cas ou à en retarder l’âge de début» (OMS, 1948). Au niveau de la population générale, ce type de prévention prend en compte les conduites individuelles à risque et les risques environnementaux et sociétaux. En agissant en amont, cette prévention empêche ou retarde l’apparition d’une maladie ou d’un trouble de santé. Elle utilise notamment l’information auprès de la population, l’éducation pour la santé, la nutrition ou l’amélioration de l’environnement (OMS, 1984). Cette prévention nécessite dans un premier temps d’identifier, avec un niveau de certitude acceptable, les facteurs susceptibles de modifier l’incidence des pathologies. Les recherches distinguent les facteurs de risque et facteurs protecteurs.

Des définitions

Une commission américaine sur les maladies chroniques a proposé en 1957 une des premières définition de la prévention dans le domaine de la santé: «ensemble des mesures visant à éviter ou à réduire le nombre et la gravité des maladies, des accidents et des handicaps» (Commission on Chronic Illness, 1957). Afin d’envisager toutes les modalités d’action de prévention, l’OMS distingue depuis 1984 trois catégories selon le moment où l’action de prévention est proposée, (1) une prévention primaire qui tente d’éviter l’apparition d’une maladie ou d’un problème de santé, (2) une prévention secondaire qui vise à stopper ou à retarder l’évolution d’une maladie, ou à réduire le risque de rechute et de chronicité et (3) une prévention tertiaire qui intervient après la survenue de la maladie et qui tend à réduire les dégâts dus à la maladie, les rechutes, les récidives, les invalidités. Si d’autres définitions existent dans la littérature (Bourdillon, 2006; Trivalle, 2002), celle de l’OMS de 1984 est la plus largement admise.

Par conséquent, les actions de prévention santé ne doivent pas être confondues avec les actions de promotion de la santé ou de précaution.

Des publics et des modes d’action spécifiques

La prévention primaire s’adresse à des sujets «sains» (sans maladie diagnostiquée ou handicap). La prévention secondaire cible les personnes déclarées malades, handicapées ou incarcérées, soit en voie de le devenir très prochainement (par exemple un « gros » fumeur à risque de cancer). La prévention tertiaire s’adresse aux personnes «officiellement» malades, handicapées ou incarcérées. Les trois secteurs de prévention nécessitent des méthodes d’intervention spécifique, plus éducative, populationnelle et ciblée sur un facteur de risque dans la prévention primaire, plus thérapeutique et personnalisée dans la prévention tertiaire.


Le message général

L’adage bien connu «mieux vaut prévenir que guérir» revient à la mode en occident. Hélas, ce n’est pas parce que l’on sait que l’on fait, même si c’est un préalable. Ce blog recommande la consultation du site de Santé Publique France.

Le message pour les professionnels de santé

Les professionnels de santé sont encouragés à consulter le site Internet de Santé Publique France. Ce site dispose d’un large éventail de conseils et de ressources documentaires sur les actions de prévention primaire. Les actions ne prévention ne doivent pas être confondue avec les actions de promotion de la santé.

Le message pour les chercheurs

Evaluer l’efficacité d’une action de prévention primaire s’avère compliqué et lourd. Cette démarche scientifique exige en recherche interventionnelle un grand nombre de participants et un longue durée de suivi. Les actions ne prévention ne doivent pas être confondue avec les actions de promotion de la santé.

Le message pour les décideurs

En agissant en amont, la prévention primaire empêche ou retarde l’apparition d’une maladie ou d’un problème de santé. Elle utilise notamment l’information auprès de la population, l’éducation pour la santé, la nutrition et l’amélioration de l’environnement (Flageolet, 2008). Les actions ne prévention ne doivent pas être confondue avec les actions de promotion de la santé.


Références

Bourdillon F, Brucker G, Tabuteau D (2007). Traité de santé publique. Paris : Flammarion.

Commission on Chronic Illness (1957). Chronic illness in the United States. Cambridge: Harvard University Press.

Flageolet A (2008). Rapport de mission au profit du gouvernement relative aux disparités territoriales des politiques de prévention sanitaire. Paris: Ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sport et de la Vie Associative.

Haute Autorité de Santé (2011). Développement de la prescription de thérapeutiques non médicamenteuses validées. Paris: HAS Edition.

Santé Publique France (2018). Site Internet.

Organisation Mondiale de la Santé (1984). Glossaire de la série «santé pour tous». Genève: OMS Editions.

Trivalle, C. (2002). Gérontologie préventive. Paris: Masson.


Rapports officiels

Académie Nationale de Médecine (2013). La Culture de prévention en santé: des questions fondamentales, rapport dirigé par le Pr. Claude Dreux. Paris: Académie de Médecine.

Cour des Comptes (2011). Rapport sur la Prévention sanitaire de la Cour des Comptes à l’Assemblée Nationale. Paris: Assemblée Nationale.

European Chronic Disease Alliance (2010). A unified prevention approach: The case for urgent political action to reduce the social and economic burden of chronic disease through prevention. Brussels: Main European Medical Society.

European Commission (2013). Mental health Systems in the European Union Member States, Status of Mental Health in Populations and Benefits to be Expected from Investments into Mental Health European profile of prevention and promotion of mental health. Brussels: European Commission Editions.

European Union (2013). Executive Agency for Health and Consumers (2013). Economic analysis of workplace mental health promotion and mental disorder prevention programmes and of their potential contribution to EU health, social and economic policy objectives. Brussels: European Union Editions.

European Centre for Disease Prevention and Control (2011). Evidence-based methodologies for public health: How to assess the best available evidence when time is limited and there is lack of sound evidence. Stockholm: ECDC.

Haut Conseil de la Santé Publique (2009). La prise en charge et la protection sociale des personnes atteintes de maladie chronique. Paris: HCSP.

Haut Conseil de la Santé Publique (2013). Évaluation du plan pour l’amélioration de la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques 2007-2011. Paris: HCSP.

Haute Autorité de Santé (2011). Développement de la prescription de thérapeutiques non médicamenteuses validées. Paris: HAS.

Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé (2009). Agences Régionales de Santé: Promotion, prévention et programmes de santé, rapport dirigé par le Pr. François Bourdillon. Paris: Editions Santé Publique France.

Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé (2010). Prospective santé 2030-prévention 2010. Paris: Editions Santé Publique France.

Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé (2010). Education thérapeutique du patient. Paris: Editions Santé Publique France.

International Association of National Public Health Institutes (2011). National Public Health Institutes: European perspective. Brussels: Juvenes Print – Tampere University Print.

Ministère de la Santé (2006). Plan d’amélioration de la prise en charge de la douleur (2006-2010). Paris: Ministère de la Santé.

Ministère de la Santé (2007). Plan National Bien Vieillir (2007-2009). Paris: Ministère de la Santé.

Ministère de la Santé (2007). Plan pour l’amélioration de la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques et des Solidarités (2007-2011). Paris: Ministère de la Santé.

Ministère de la Santé (2008). Plan Santé des jeunes 2008-2010. Paris: Ministère de la Santé.

Ministre de la Santé (2008). Mission au profit du gouvernement relative aux disparités territoriales des politiques de prévention sanitaire. Paris: Ministère de la Santé.

Ministère de la Santé (2008). Plan Alzheimer et maladies apparentées (2008-2012). Paris: Ministère de la Santé.

Ministère de la Santé (2010). Plan National Maladies Rares (2011-2014). Paris: Ministère de la Santé.

Ministère de la Santé (2014). Les comptes nationaux de la santé en 2013, rapport dirigé par C. Zaidman, M.-A. Le Garrec et M. Bouvet. Paris: DREES.

Ministère de la Santé (2011). L’état de santé de la population en France. Suivi des objectifs annexés à la loi de santé publique, rapport dirigé par S. Danet. Paris: DREES.

Ministère de la Santé (2011). Programme National Nutrition Santé (2011-2015). Paris: Ministère de la Santé.

Ministère de la Santé (2013). Feuille de route de la Stratégie Nationale de Santé. Paris: Ministère de la Santé.

Ministère de la Santé (2014). Plan Cancer III 2014-2019. Paris: Ministère de la Santé.

Ministère des Sports (2013). Dispositifs d’activités physiques et sportives en direction des âgés, rapport dirigé par D. Rivière. Paris: Ministère de la Jeunesse et des Sports.

Ministère des Solidarités et de la Santé (2018). Plan Priorité Prévention: Rester en bonne santé toute sa vie. Paris: Ministère des Solidarités et de la Santé.

Organisation Mondiale de la Santé (1986). La charte d’Ottawa. Genève: OMS Editions.

Organisation Mondiale de la Santé (2004). A strategy to prevent chronic disease in Europe: A focus on public health action. The CINDI vision. Geneva: WHO Editions.

Organisation Mondiale de la Santé (2006). Prévention des maladies chroniques: un investissement vital. Genève: OMS Editions..

Organisation Mondiale de la Santé (2006). Gaining health: The European Strategy for the Prevention and Control of Noncommunicable Diseases. Copenhagen: OMS Editions.

Organisation Mondiale de la Santé (2008). Action plan for the global strategy for the prevention and control of non-communicable diseases (2008-2013). Prevent and control cardiovascular diseases, cancers, chronic respiratory diseases, diabetes. Genève: OMS Editions.

Organisation Mondiale de la Santé (2013). Prevention and control of noncommunicable diseases in the European Region: a progress report. Copenhagen: OMS Editions.

Organisation Mondiale de la Santé (2014). Note d’orientation sur la prévention des maladies chronique. Genève: OMS Editions.


Pour citer cet article du Blog en Santé ©

Ninot G (2018). Définir la notion de prévention primaire. Blog en Santé, L13.

© Copyright 2018 Grégory Ninot. All rights reserved.