Junior

Efficacité de l’hypnose dans l’arrêt du tabac

Efficacité de l’hypnose dans l’arrêt du tabac

Une méta-analyse évalue l’efficacité de l’hypnothérapie pour arrêter de fumer.

Une méta-analyse anglaise de Barnes et ses collaborateurs publiée dans la revue Cochrane Collaboration en 2010 évalue, sur la base de 11 essais randomisés contrôlés, l’efficacité de l’hypnothérapie comme traitement pour arrêter de fumer avec au moins 6 mois de suivi. Les preuves sont actuellement insuffisantes pour recommander l’usage exclusif de l’hypnothérapie dans le sevrage tabagique.


Le rationnel de l’étude

L’hypnose en tant que méthode thérapeutique jouit d’une notoriété grandissante auprès des professionnels de santé et des patients depuis une dizaine d’années. L’hypnothérapie montre son efficacité pour aider au changement de comportements de santé lorsqu’elle est associée à d’autres interventions non médicamenteuses comme les thérapies cognitivo-comportementales (TCC). Elle s’avère aussi efficace dans la réduction de la douleur chronique et des symptômes du syndrome du côlon irritable ou de l’asthme.

Elle intéresse depuis peu les spécialistes du sevrage tabagique. Elle pourrait diminuer l’envie de fumer, renforcer la volonté d’arrêter le tabac et améliorer la capacité à aller au bout d’un programme de sevrage. La méthode d’hypnothérapie de Spiegel utilise une concentration profonde dans le but de modifier la perception des patients vis-à-vis du tabagisme. La plupart des études sur ce thème indiquent une grande variabilité des taux d’arrêt du tabagisme, de 4% à 88%. L’objectif de cette méta-analyse est d’évaluer l’efficacité de l’hypnothérapie pour arrêter de fumer en prenant en compte seulement les essais randomisés contrôlés.

L’hypnose permettrait d’arrêter définitivement de fumer.

La question posée

L’hypnothérapie est-elle efficace pour l’arrêt du tabagisme?

La méthode

La méta-analyse anglaise de type Cochrane réalisée par Barnes et ses collaborateurs a retenu 11 essais randomisés contrôlés incluant des personnes qui souhaitaient arrêter de fumer. L’analyse compare des interventions basées sur l’hypnothérapie à d’autres types d’interventions thérapeutiques ou à un groupe contrôle ne bénéficiant d’aucune intervention. Le suivi de l’intervention était d’au moins 6 mois. La méta-analyse compile 1120 fumeurs, hommes et femmes, en bonne santé. L’âge des participants variait entre 30 à 40 ans. Ils fumaient en moyenne de 20 à 40 cigarettes par jour. Les mesures principales concernent l’abstinence tabagique totale évaluée à 6 mois après le début de l’intervention.

L’intervention non médicamenteuse (INM) testée

L’hypothérapie visait l’arrêt du tabagisme. La durée d’intervention était de 6 mois minimum. Les études variaient considérablement au niveau des méthodes utilisées dans l’induction de l’hypnose, dans le nombre de séances et dans la durée de l’intervention. Le nombre de séances pouvait aller de 1 à 8 selon les études. La durée totale des séances variait de 30 minutes à 8 heures.

Les résultats principaux

La méta-analyse ne montre pas clairement la preuve d’un plus grand bénéfice à long terme de l’hypnothérapie comparée à d’autres types d’intervention ou à l’absence de traitement. Les essais cliniques sélectionnés dans cette méta-analyse sont trop hétérogènes pour apporter la preuve d’efficacité de l’hypnothérapie dans le sevrage tabagique.

La méta-analyse ne montre pas clairement la preuve d’un plus grand bénéfice à long terme de l’hypnothérapie comparée à d’autres types d’intervention ou à l’absence de traitement.


Le message pour les fumeurs

Les preuves sont encore trop limitées pour démontrer que l’hypnose a un effet ou non sur le sevrage tabagique. De solides études sur le sujet manquent pour conclure sans ambiguïté.

Le message pour les professionnels

Les essais randomisés contrôlés manquent pour pouvoir démontrer que l’hypnothérapie est similaire ou supérieure à d’autres thérapies de sevrage tabagique après 6 mois.

Le message pour les chercheurs

L’hypnothérapie est régulièrement proposée comme soutien pour aider les personnes à arrêter de fumer. Il est primordial de réaliser de plus solides essais cliniques pour établir son niveau d’efficacité dans le sevrage tabagique. L’objectif de l’intervention, le type d’hypnose, la durée et le détail des séances devront être mieux définis et décrits dans ces études.

Le message pour les décideurs

Les preuves sont actuellement insuffisantes pour recommander l’usage exclusif de l’hypnothérapie dans le sevrage tabagique.


La référence

Barnes J, Dong CY, McRobbie H, Walker N, Mehta M, Stead LF (2010). Hypnotherapy for smoking cessation. Cochrane Database of Systematic Reviews, 10, CD001008.


Articles similaires du Blog en Santé ©

Sur le même thème

Sur le même public

Sur la même intervention non médicamenteuse


Pour citer cet article du Blog en Santé ©

Ninot G (2015). La cigarette électronique aide à arrêter de fumer. Blog en Santé, A59.

© Copyright 2015 Grégory Ninot. All rights reserved.

2 thoughts on “Efficacité de l’hypnose dans l’arrêt du tabac
  1. Non au tabac says:

    Bonjour,
    Je trouve l’idée d’utiliser l’hypnose pour arrêter de fumer très intéressante, j’ai d’ailleurs rédigé un article sur les méthodes naturelles pour arrêter de fumer: cliquer ici
    En effet nous mangeons trop de médicaments, revenir à des méthodes ancestrales me semble cohérent aujourd’hui…

  2. Nicostop says:

    Très bien article ! Bravo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *