Bouger

Soigner l’apnée du sommeil par un programme d’activités physiques adaptées

Soigner l’apnée du sommeil par un programme d’activités physiques adaptées

Un essai clinique teste l’efficacité d’un programme d’activités physiques adaptées sur la sévérité des des apnées et la qualité du sommeil chez des patients atteints d’un syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS).

Un essai randomisé contrôlé américain de Kline et ses collaborateurs, publié dans la revue Sleep en 2011, évalue l’efficacité d’un programme d’exercice physique de trois mois sur la réduction de la sévérité de l’apnée obstructive du sommeil et sur l’amélioration de la qualité du sommeil chez des personnes sédentaires, en surpoids ou obèses ayant eu un diagnostic de syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS). Les résultats montrent que cette INM réduit la sévérité des apnées et améliore la qualité du sommeil.


Le rationnel de l’étude

L’apnée obstructive du sommeil (SAOS) est un trouble de santé qui affecte jusqu’à 15% de la population américaine. Si ce syndrome chronique n’est pas traité, il peut avoir de graves conséquences comme des troubles cognitifs, un diabète, des maladies cardiovasculaires et une mort prématurée. Il n’existe pas aujourd’hui de traitements médicamenteux. Un appareil à pression positive continue améliore la qualité du sommeil mais génère une gêne non négligeable pour son utilisateur. Certains patients ne l’utilisent pas suffisamment, comme indiqué par leur médecin. Les appareils de chirurgie buccale et des voies respiratoires supérieures sont des traitements qui ne réduisent que partiellement la sévérité des SAOS et qui produisent fréquemment des effets secondaires.

Une étude épidémiologique a suggéré que les personnes physiquement actives avaient un risque réduit de SAOS comparées aux moins actives. Des recherches interventionnelles chez ces patients montre des résultats contradictoires qui a justifié cette étude.

L’activité physique pourrait réduire la sévérité du syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS)  et améliorer la qualité du sommeil.

La question posée

Un programme d’activités physiques adaptées d’intensité modérée réduit-il la sévérité des apnées obstructives du sommeil et améliore-t-il la qualité objective et subjective du sommeil?

La méthode

L’essai randomisé contrôlé de Kline et ses collaborateurs, évalue l’efficacité d’un programme d’activités physiques adaptées sur la sévérité du SAOS et sur la qualité du sommeil. L’étude porte sur 43 personnes sédentaires, en surpoids ou obèses, âgées entre 18 et 55 ans, ayant été diagnostiquées d’un SAOS modéré à sévère. Les personnes ne doivent pas avoir commencé un traitement contre le SAOS et ne doivent pas avoir entrepris de régime pour perdre du poids. Les participants ont été placés aléatoirement soit dans le groupe bénéficiant du programme d’exercice physique soit dans le groupe contrôle bénéficiant de séances d’étirements. La mesure principale était la sévérité des apnées enregistrées par un appareil de polysomnographie en laboratoire durant toute une nuit. Les mesures secondaires concernaient la qualité du sommeil objective (via des données de la polysomnographie et de l’actigraphie) et subjective (questionnaire Pittsburgh Sleep Quality Index). Les participants étaient évalués en début d’intervention et en fin des 12 semaines d’intervention.

Les interventions non médicamenteuses (INM) testées

Le programme d’activités physiques adaptées (APA) consistait à pratiquer un ré-entraînement 4 fois par semaine pendant 3 mois. Les séances étaient supervisées par un professionnel en activités physiques adaptées. La dose d’exercice était augmentée graduellement pendant les 4 premières semaines et s’attachait à prévenir les blessures. Entre les semaines 5 et 12, la dose d’exercice devait être d’une durée de 150 minutes/semaine.

Quatre séances par semaine étaient dédiées à des exercices d’endurance d’intensité modérée (60% de la fréquence cardiaque de réserve). Ces séances débutait par 5 minutes d’échauffement et finissait par 5 minutes de récupération. Les exercices étaient réalisés sur un tapis roulant, un ergocycle ou un vélo elliptique à la préférence du patient.

Deux séances par semaine non consécutives étaient dédiées à des exercices de renforcement musculaire. Deux séries de 10 à 12 répétitions de 8 exercices différents étaient réalisées. La résistance était a été augmentée lorsque les 12 répétitions pouvaient être effectuées sur une deuxième série.

Les résultats principaux

Les résultats montrent une réduction modérée de la sévérité des apnées du sommeil et de la qualité du sommeil objective après 3 mois de programme par rapport au groupe contrôle. La qualité subjective et objective du sommeil est améliorée dans le groupe bénéficiant de l’intervention comparé au groupe contrôle.

Un programme d’activités physiques adaptées (APA) est efficace pour soigner les apnées du sommeil, pas pour les guérir.


Le message pour les patients

Un programme d’activités physiques adaptées (APA) combinant endurance et renforcement musculaire permet de réduire la sévérité des apnées du sommeil et d’améliorer légèrement la qualité du sommeil. Ainsi, un programme en APA devrait être prescrit à ces patients.

Le message pour les professionnels

Quatre séances d’exercice aérobie et deux séances de renforcement musculaire par semaine pendant 3 mois réduit significativement la sévérité du SAOS et améliorer la qualité objective et subjective du sommeil. L’ampleur du bénéfice reste modeste et ne guérit pas la maladie surtout à un stade avancé.

Le message pour les chercheurs

Une des limites de cette étude portait sur le fait qu’une seule nuit d’étude en laboratoire a été réalisée en début et en fin d’intervention. De futures études devront le confirmer.

Le message pour les décideurs

Cet essai clinique fournit la preuve de l’efficacité d’un programme d’activités physiques adaptées (APA) comme soin de première intention dans le syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS)  avant la mise en place de traitements plus invasifs ou plus contraignants.


La référence

Kline CE, Crowley EP, Ewing GB, Burch JB, Blair SN, Durstine JL (2011). The effect of exercise training on Obstructive Sleep Apnea and Sleep quality: a randomized controlled trial. Sleep, 34(12), 1631-1640.


Articles similaires du Blog en Santé ©

Sur le même thème

Sur le même public

Sur la même intervention non médicamenteuse


Pour citer cet article du Blog en Santé ©

Ninot G (2016). Soigner l’apnée du sommeil par un programme d’activités physiques adaptées. Blog en Santé, A83.

© Copyright 2016 Grégory Ninot. All rights reserved.

4 thoughts on “Soigner l’apnée du sommeil par un programme d’activités physiques adaptées
  1. Juju says:

    Evidemment, en définitive l’activité physique prévient tous les maux ! C’est l’inactivité (sédentarité) qui à mon sens est responsabilité tue notre civilisation. Rappelons que l’OMS considère la sédentarité comme plus dévastatrice que la cigarette et l’alcool. Par ailleurs il faut bien dormir pour être efficace pendant l’activité physique.
    Par ailleurs j’ai une question, est-ce que la position de sommeil et le type de matelas utilisé sont déterminants ?

    • Gregory Ninot says:

      Excellente question. Je vais me pencher sur le sujet.

    • Jacques Vialars says:

      Le controle de la position de sommeil est salutaire dans 80% d’apnée du sommeil. Il existe divers dispositifs comme le Pasuldo qui marche bien mais qui necessite un arnachement un peu dérangeant, il y a aussi le Posiball qui est beaucoup plus confortable, très simple et pas cher. Dans tous les cas, il faut apprendre aussi à prendre soin de son sommeil en évitant toute prise d(alcool après 16h et en faisant un repas très léger le soir.

  2. Katherine Dilworth says:

    Thank you very much for sharing this wonderful post! It was very interesting and I really enjoyed reading it..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *