Lexique

Définition de la notion de nocebo

Définition de la notion de nocebo

Etymologie

L’effet lié à la prise d’une substance inerte n’est pas toujours bénéfique, autrement dit ne provoque par d’effet placebo. Il peut être dommageable pour l’individu, c’est l’effet nocebo (du latin «je nuirai»).

Définition

« Dans les essais cliniques, un certain nombre de patients des groupes placebo souffrent d’effets secondaires similaires à ceux du traitement testé » (Colloca et Miller, 2011).

Diverses preuves de l’effet nocebo

Une suggestion verbale suffit à produire un effet nocebo suite à l’administration d’un produit inerte. Une étude le démontre à partir d’une expérience sur différentes suggestions médicales basées sur un signal électrique ou un contact tactile sensé être plus ou moins douloureux. Les sujets sains testés ont transformé cette consigne en douleur, et la douleur de faible intensité est devenue de haute intensité (Colloca et al., 2008). Les spécialistes nomment cette conséquence l’hyperalgie entendue comme une augmentation de perception de douleur sans comme une mesure avec la stimulation (Benedetti et al., 2011).

L’effet nocebo peut aussi reproduire les effets indésirables de vrais traitements, par une sorte de mimétisme. Le patient sait qu’il prend un médicament et recrée inconsciemment les effets indésirables dont il a entendu parler de la part de proches, qu’il a écoutés dans les médias ou qu’il a lus sur la notice. 20 à 30% des sujets en bonne santé participant à des expériences de ce type ressentent des maux de tête, de la somnolence ou des nausées. Une étude montre que des personnes saines s’étant fait injecter du Remifentanil se plaignent de douleur aux jambes sous l’influence de l’effet nocebo (Bingel et al., 2011). La simple annonce d’une classe de médicament peut produire un effet nocebo. En effet, une méta-analyse teste l’efficacité de traitements anti-dépresseurs (Rief et al., 2009). Elle compare l’effet nocebo de deux placebos, un tricyclique et un SSRI. Les patients recevant le placebo de tricyclique ont présenté plus de symptômes que ceux ayant pris un placebo SSRI, pour la bouche sèche (19,2% / 1,2%), des problèmes de vision (6,9% / 1,2%), de la fatigue (17,3% / 5,5%), et de la constipation (10,7% / 4,2%). L’information sur la catégorie de médicament est déjà susceptible d’influencer le patient.

Mécanismes

Comme dans l’effet placebo, mais de manière inversée, le sentiment d’attente peut produire des conséquences négatives comme une augmentation de la douleur. Cette amplification provient de différentes régions cérébrales comme le cortex cingulate antérieur, le cortex préfrontal, l’insula et hippocampe (Koyama et al, 2005; Hsieh et al, 1999; Ploghaus et al, 2001; Sawamoto et al, 2000; Porro et al, 2002; Lorenz et al, 2005). Les systèmes dopaminergique et opioïde agissent également de concert dans le nucleus accumbens en étant désactivés (Benedetti et al., 2011).

Confiance et méfiance dans la relation soignant / soigné

Une consigne mal formulée suffit à déclencher un effet nocebo. Des anesthésistes ont comparé la sensation de douleur ressentie lors de l’injection d’un anesthésiant chez des femmes enceintes. Le groupe nocebo était préparé à la piqûre par une consigne courante: «vous allez ressentir comme une intense piqûre d’abeille. C’est la partie la plus désagréable de l’intervention». Le groupe placebo était informé différemment: «nous allons vous donner un anesthésique local qui vous engourdira, pour que vous vous sentiez bien lors de l’opération». L’étude montre que l’usage de mots plus apaisants a eu un impact significatif sur la sensation de douleur et le degré d’inconfort lors des interventions chirurgicales (Varelmann et al., 2010).

Stress, nocebo et complications

Le stress potentialise l’effet nocebo. Lors d’une étude sur l’influence de la prière sur la guérison de patients hospitalisés et traités pour une maladie cardiaque, un essai randomisé contrôlé montre que le groupe de patients qui étaient informés que des prières étaient dites en leur faveur avaient plus de complications que celui des patients n’étant pas informé (Benson et al., 2006). Une hypothèse est que le stress supplémentaire induirait un effet nocebo et/ou serait source de risques accrus de complications. Des études plus récentes montrent l’implication du système dopaminergique comme pour l’effet placebo (Benedetti et al., 2011).

L’effet nocebo dans les interventions non médicamenteuses

Des effets nocebos peuvent survenir suite à la prescription d’une intervention non médicamenteuse. Mais, hélas, peu d’études existent sur le sujet, notamment dans une perspective non plus thérapeutique mais préventive.


Le message pour les patients

Toute prescription médicale peut provoquer un effet nocebo. Une relation de confiance à son médecin est fondamentale pour le prévenir.

Le message pour les professionnels de santé

Une mauvaise formulation d’une consigne sur l’effet d’un traitement ou d’une intervention non médicamenteuse peut déclencher un effet nocebo chez des patients.

Le message pour les chercheurs

On ne connaît pas suffisamment le rôle des effets placebo et nocebo suite à la prescription d’une intervention non médicamenteuse. Des recherches devraient être menées sur le sujet compte tenu de l’engouement pour les médecines alternatives et complémentaires.

Le message pour les décideurs

La multiplication des systèmes d’information, comme Internet par exemple, peut parasiter un patient lors de la prise d’un traitement. Il peut présenter plus d’effets secondaire que de raison à cause d’un effet nocebo. Une relation médecin-malade de confiance, persuasive et optimiste est essentielle pour le prévenir.


Références

Benedetti F, Carlino E, Pollo A (2011). How placebos change the patient’s brain. Neuropsychopharmacology Reviews, 36, 339-354.

Benson H Dusek JA, Sherwood JB, Lam P, Bethea CF, Carpenter W, Levitsky S, Hill PC, Clem DW Jr, Jain MK, Drumel D, Kopecky SL, Mueller PS, Marek D, Rollins S, Hibberd PL (2006). Study of the Therapeutic Effects of Intercessory Prayer (STEP) in cardiac bypass patients: A multicenter randomized trial of uncertainty and certainty of receiving intercessory prayer. American Heart Journal, 151, 934-942.

Bingel U, Wanigasekera V, Wiech K, Ni Mhuircheartaigh R, Lee MC, Ploner M, Tracey I (2011). Drug efficacy – The effect of treatment expectation on drug efficacy: Imaging the analgesic benefit of the opioid remifentanil. Science Translational Medicine, 3, 70-14.

Colloca L, Miller FG (2011). The nocebo effect and its relevance for clinical practice. Psychosomatic Medicine, 73, 598-603.

Colloca L, Sigaudo M, Benedetti F (2008). The role of learning in nocebo and placebo effects. Pain, 136, 211-218.

Scott DJ, Stohler CS, Egnatuk CM, Wang H, Koeppe RA, Zubieta JK (2008). Placebo and nocebo effects are defined by opposite opioid and dopaminergic responses. Archives of General Psychiatry, 65, 220-231.

Hrobjartsson A, Gotzsche PC (2001). Is the placebo powerless? An analysis of clinical trials comparing placebo with no treatment. Is placebo powerless? New England Journal of Medicine, 344, 1594-1602.

Hsieh JC, Stone-Elander S, Ingvar M (1999). Anticipatory coping of pain expressed in the human anterior cingulate cortex: a positron emission tomography study. Neuroscience Letter, 262, 61-64.

Koyama T, McHaffie JG, Laurienti PJ, Coghill RC (2005). The subjective experience of pain: where expectations became reality. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 102, 12950-12955.

Lorenz J, Hauck M, Paur RC, Nakamura Y, Zimmerman R, Bromm B, Engel AK (2005). Cortical correlates of false expectations during pain intensity judgments – a possible manifestation of placebo/nocebo cognitions. Brain Behavior Immunology, 19, 283-295.

Ploghaus A, Narain C, Beckmann CF, Clare S, Bantick S, Wise R, Matthews PM, Rawlins JN, Tracey I (2001). Exacerbation of pain by anxiety is associated with activity in a hippocampal network. Journal of Neuroscience, 21, 9896-9903.

Porro CA, Baraldi P, Pagnoni G, Serafini M, Facchin P, Maieron M, Nichelli P (2002). Does anticipation of pain affect cortical nociceptive systems? Journal of Neuroscience, 22, 3206-3214.

Rief W, Nestoriuc Y, Weiss S, Welzel E, Barsky AJ, Hofmann SG (2009). Meta-analysis of the placebo response in antidepressant trials. Journal of Affective Disorders, 118, 1-8.

Sawamoto N, Honda M, Okada T, Hanakawa T, Kanda M, Fukuyama H, Konishi J, Shibasaki H (2000). Expectation of pain enhances responses to non-painful somatosensory stimulation in the anterior cingulate cortex and parietal operculum/posterior insula: an event-related functional magnetic resonance imaging study. Journal of Neuroscience, 20, 7438-7445.

Varelmann D, Pancaro C, Cappiello EC, Camann WR (2010). Nocebo-induced hyperalgesia during local anesthetic injectionAnesthesia and Analgesia, 110, 868-870.


Pour citer cet article du Blog en Santé ©

Ninot G (2014). Définir la notion de nocebo. Blog en Santé, L30.

© Copyright 2014 Grégory Ninot. All rights reserved.