Bien qu’en ligne avec le chiffre européen

0

L’usage non médical de médicaments sur ordonnance chez les adolescents reste une source de préoccupation. Par exemple, 6,6 % des répondants ont déclaré avoir utilisé des tranquillisants ou des sédatifs et 4,0 % des analgésiques « pour planer » au cours de leur vie.

A cet égard, les données italiennes semblent moins préoccupantes, se situant en dessous de la moyenne européenne tant par rapport à l’usage de tranquillisants ou sédatifs (4,3%) qu’à celui d’analgésiques (0,8%) sans ordonnance médicale. Comme en Europe, l’usage de psychotropes à des fins non médicales semble également être un phénomène majoritairement féminin dans notre pays.

En moyenne, 3,4 % des élèves ont déclaré avoir consommé au moins une fois dans leur vie de nouvelles substances psychoactives (SNP) : des substances très puissantes, souvent d’origine synthétique, qui échappent au contrôle car elles ne sont pas inscrites dans les tableaux officiels des drogues illégales.

Ce pourcentage, bien que légèrement inférieur aux 4% enregistrés en 2015, représente toujours des niveaux de consommation plus élevés que les amphétamines, l’ecstasy, la cocaïne ou le LSD pris individuellement. , en Italie, le NPS a enregistré une baisse significative par rapport à la dernière enquête, avec 3,1% des étudiants déclarant l’avoir utilisé au moins une fois (6 % en 2015).

Presque tous les utilisateurs de NPS sont des « multi-consommateurs », c’est-à-dire qu’ils consomment également d’autres substances (telles que l’alcool, le cannabis et les stimulants). La découverte constante du NPS et la « multi-consommation » chez les utilisateurs du NPS mettent en évidence la nécessité d’un suivi attentif.

Les résultats de l’étude Espad 2019 montrent que le jeu est devenu une activité répandue parmi les étudiants en Europe, avec 22% des personnes interrogées déclarant avoir joué au moins une fois au cours des 12 derniers mois (principalement dans les loteries et les cartes à gratter).

Espad estime également que 7,9 % des étudiants ont joué en ligne au cours de la période de référence. Le test de dépistage utilisé pour détecter le jeu problématique a révélé qu’en moyenne, 5 % des élèves qui ont joué au cours des 12 derniers mois entrent dans cette catégorie.

Le chiffre italien est nettement supérieur à la moyenne européenne, avec 32% des étudiants déclarant avoir joué au moins une fois dans l’année. Parmi ceux-ci, 3,9% ont un profil de jeu à risque, un pourcentage dans ce cas inférieur au chiffre européen. Dans notre pays, les étudiants en jeux semblent préférer les paris sportifs.

Au cours des deux dernières décennies, principalement en raison de la popularité croissante des smartphones et des tablettes, les jeux vidéo sont devenus de plus en plus populaires et les utilisateurs jouent de plus en plus sur ces appareils.

Environ 60 % des personnes interrogées ont déclaré avoir joué à des jeux vidéo un jour d’école au cours du dernier mois (69 % un jour non scolaire). Dans la plupart des pays, les garçons passent deux fois plus de temps à jouer que les filles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici