les preuves d'efficacité de l'activité physique dans l'arrêt du tabac, de consommation de tabac, du tabagisme

0

Une méta-analyse conclue que la pratique d’activité physique peut jouer un rôle dans l’arrêt du tabac et le maintien de l’abstinence plus d’un an après.

Une méta-analyse de Ussher et collaborateurs publiée dans la revue Cochrane Database of Systematic Reviews en 2008 s’appuie sur 13 essais randomisés contrôlés pour évaluer le bénéfice de l’activité physique dans l’arrêt du tabac et le maintien de cet arrêt. Une seule étude sur les 13 montre l’efficacité de l’activité physique sur l’abstinence un an après l’arrêt du tabac. Deux fois plus de personnes appartenant au groupe pratiquant de l’activité physique ne fument plus. Les 12 autres études présentent des échantillons trop faibles ou proposent des activités physiques de trop faible intensité pour montrer des effets statistiquement significatifs. Trop d’incertitudes méthodologiques subsistent donc pour conclure clairement sur le rôle de la pratique d’activité physique dans l’arrêt du tabac.

Le rationnel de la revue systématique

Le tabagisme est une des causes majeures de maladies cardio-vasculaires, de cancer et d’hypertension artérielle. Il existe différentes solutions médicamenteuses ou non médicamenteuses pour arrêter de fumer. Paradoxalement, la contribution de l’activité physique dans l’arrêt du tabagisme et de son maintien fait l’objet de peu d’études interventionnelles. Les auteurs de cette méta-analyse proposent d’en faire la synthèse.

La question posée

L’activité physique permet-elle d’augmenter les chances d’arrêter de fumer ?

La méthode

La méta-analyse publiée dans la revue Cochrane Database of Systematic Reviews a identifié 13 essais randomisés contrôlés publiés dans la littérature scientifique et médicale internationale.

Les résultats principaux

Parmi les 13 études retenues, une seule montre que la pratique d’activité physique contribue au maintien de l’abstinence après un an suite à un arrêt tabagique. Deux fois plus de personnes appartenant au groupe pratiquant de l’activité physique ne fument plus un an après l’arrêt du tabac. Cinq études sur 13 ont suffisamment de puissance statistique pour montrer un effet de l’activité physique sur l’abstinence. Douze des treize études présentent des échantillons trop faibles ou proposent des activités physiques de trop faible intensité pour montrer des effets significatifs à moyen terme (six mois ou un an). Les études disponibles dans la littérature sont extrêmement hétérogènes tant par leur méthode (par exemple en comparant des périodes différentes de suivi) que par leur contexte de réalisation (par exemple initiation de l’arrêt du tabac suite à un infarctus ou sur la base du volontariat) que par leur population (par exemple avec un niveau de sédentarité très différent entre les études). Des biais méthodologiques limitent le niveau de preuve (par exemple le temps de contact diffère entre le groupe activité physique et le groupe contrôle, ce qui peut laisser penser que c’est la rencontre avec quelqu’un qui compte plus que la pratique d’activité physique). Il n’a pas pu être prouvé qu’un type d’activité physique (nature, intensité, fréquence, durée) était à privilégier. Il n’a pas pu être démontré de diminution des périodes de manque (craving en anglais). Trop d’incertitudes subsistent encore pour conclure définitivement que la pratique d’activité physique aide à arrêter de fumer et à maintenir l’abstinence durant au moins un an.

Le message pour les patients

Les études montrent qu’il faudrait initier le programme d’activité physique avant la période de sevrage tabagique. Mais, trop d’incertitudes subsistent encore pour conclure que la pratique d’activité physique aide à l’arrêt du tabac.

Le message pour les professionnels

La preuve de l’efficacité de la pratique d’activité physique sur l’arrêt du tabac n’est pas encore faite. Le résultat le plus intéressant de cette méta-analyse invite les professionnels à initier l’activité physique avant la période de sevrage tabagique et la poursuivre après.

Le message pour les chercheurs

Les auteurs de l’article se prêtent à une analyse très détaillée des biais susceptibles de fausser les résultats.

Le message pour les décideurs

Il n’existait pas en 2008 de preuves suffisantes pour recommander l’activité physique comme une thérapeutique à part entière dans l’arrêt du tabac.

La référence

Ussher MH, Taylor A, Faulkner G (2008). Exercise interventions for smoking cessation. Cochrane Database of Systematic Reviews , 4, CD002295.

Pour citer cet article du Blog en Santé ©

Ninot G (2014). Bénéfices de l’activité physique dans l’arrêt du tabac. Blog en Santé, A19.

© Copyright 2014 Grégory Ninot. All rights reserved.