Un nouveau métier de santé: le case manager

0

Une étude prouve l’efficacité économique d’un gestionnaire de cas dans la prise en charge de personnes souffrant d’une maladie respiratoire chronique.

Un essai randomisé contrôlé canadien de Bourbeau et ses collaborateurs publié dans la revue Chest en 2006 teste les bénéfices d’un programme d’éducation thérapeutique Living well with COPD impliquant un « case manager » (en français, un manager de cas). Un manager de cas s’occupe individuellement de 50 patients souffrant d’une Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO). Ce professionnel est joignable par téléphone et contacte régulièrement le patient pour l’aider à faire face à la maladie. L’étude porte sur 191 patients présentant. Les résultats mettent en évidence une diminution significative des soins sur une année. L’économie est de 1564 euros par an et par patient.


Le rationnel de l’étude

La Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO) est la cinquième cause de mortalité dans le monde. Cette maladie chronique touche un million et demi de personnes rien qu’en France. Environ autant de malades s’ignorent en confondant les signes de la BPCO avec une bronchite passagère ou en attribuant à tort ces difficultés à la fatigue ou au vieillissement. La cause de cette maladie est essentiellement le tabagisme actif et/ou passif. La BPCO est pour l’instant non guérissable. Plus le diagnostic de BPCO est tardif, plus les pertes d’autonomie sont importantes et irréversibles. Les personnes souffrant de cette maladie éprouvent des difficultés à la gérer au quotidien. Des programmes d’éducation thérapeutique sont aujourd’hui recommandés par les sociétés savantes pour aider les patients à mieux la gérer au quotidien. Cette étude vise à tester le ratio coûts/efficacité de l’une de ces méthodes, le case manager.

Le case manager pourrait être une excellente manière d’améliorer les patients BPCO de gérer leur maladie.

La question posée

Un programme d’éducation thérapeutique incluant un « case manager » réduit-il les dépenses de santé dans la BPCO?

Le protocole

L’essai randomisé contrôlé canadien de Bourbeau et ses collaborateurs teste l’efficacité d’un programme d’éducation thérapeutique Living well with COPD impliquant un « case manager ». L’étude porte sur 191 patients d’au moins 50 ans souffrant d’une BPCO. Le « case manager » était une infirmière ou un thérapeute expérimentés dans la gestion comportementale et psychologique de la BPCO. Il ou elle disposait d’un guide complet sur la gestion de la BPCO Living well with COPD. Chaque patient bénéficiait d’un guide comprenant des exercices pratiques à faire à domicile. Le « case manager » se basait sur ce guide pour délivrer ses conseils. Il les personnalisait et les contextualisait en fonction du patient. Il ou elle se basait aussi sur un plan d’action individuel validé par un médecin et se rendait disponible par téléphone. Il ou elle appelait au moins une fois par mois chaque patient. L’étude compare les bénéfices du case manager après un an d’intervention à un groupe contrôle.

Les résultats principaux

Les résultats mettent en évidence une réduction en un an des demandes de soins (consultations, hospitalisations, visites à domicile) du groupe intervention comparé au groupe contrôle. Cela représente une économie de 1564 euros en moyenne par an et par patient si le manager s’occupe de 50 patients. La réduction du nombre d’exacerbations (infection, aggravation passagère) et d’hospitalisations est assurément un gain en matière de qualité de vie pour les patients.

Un case manager économise 1564 euros en moyenne par an et par patient BPCO.


Le message pour les patients

Bénéficier d’un « case manager » aide grandement à la gestion de la BPCO au quotidien.

Le message pour les professionnels

Recruter un « case manager » s’occupant de 50 patients dans le cadre de l’éducation thérapeutique dans la BPCO permettrait de faire une économie de 1564 euros en moyenne par an et par patient.

Le message pour les chercheurs

251 patients sur 469 ont refusé de participer notamment à cause des évaluations faites dans cette étude. Un essai non médicamenteux est coûteux, pas uniquement en terme de financement.

Le message pour les décideurs

Recruter un « case manager » s’occupant de 50 patients dans le cadre de l’éducation thérapeutique dans la BPCO permettrait de faire une économie de 1564 euros en moyenne par an et par patient.


La référence

Bourbeau J, Collet JP, Schwartzman K, Ducruet T, Nault D, Bradley D, COPD axis of the Respiratory Health Network of the FRSQ (2006). Economic benefits of self-management education in COPD. Chest, 130, 1704-1711.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici