Conference

Les interventions non médicamenteuses (INM): un atout pour la médecine générale

Les interventions non médicamenteuses (INM): un atout pour la médecine générale

Conférence donnée à l’occasion du congrès national de médecine générale (17e Congrès national du CNGE Collège Académique) le 22 novembre 2017 au Corum de Montpellier.

Nul n’est censé ignorer les bénéfices et les risques pour la santé des interventions non médicamenteuses (INM), et surtout pas un médecin généraliste. Encore faudrait-il qu’il dispose d’études rigoureuses facilement accessibles. C’est loin d’être le cas. Les INM sont au stade où en était le médicament il y a 50 ans. Cette phrase de Gilles Bouvenot (2006, p.13), expert en recherche clinique médicamenteuse, illustre parfaitement le propos: « jusqu’aux années soixante, nombre d’interventions thérapeutiques {autrement dit les médicaments} n’avaient encore pour seule justification, si l’on peut dire, que la force de la routine, l’attachement crédule à des traditions, ou la généralisation à partir de quelques exemples occasionnels et anecdotiques abusivement appelés expérience professionnelle ».

Dans un monde de la santé qui fait sa révolution d’une médecine essentiellement curative à une médecine préventive, prédictive, personnalisée et participative depuis les années 2010, dans un contexte de rationalisation des offres de santé, dans un univers numérique et médiatique ouvert aux pires manipulations et désinformations, fonder les pratiques en INM sur la science et en particulier sur des études interventionnelles rigoureuses est la seule issue. Ces études ne peuvent pas être exclusivement des essais randomisés contrôlés au regard de la spécificité de ces solutions santé. Des innovations méthodologiques et paradigmatiques sont nécessaires pour faire des INM des solutions complémentaires aux traitements biologiques et intégrées dans le parcours de santé de chaque patient dès le diagnostic, voire même, dès un comportement à risque identifié (par ex. tabagisme, sédentarité). Les INM ne peuvent plus être cantonnées aux grands principes hygiéno-diététiques nourrissant les actions de promotion de la santé ou de la fin de vie (comme les soins palliatifs par exemple).

Cette révolution médicale en cours fait des INM non pas un frein pour le médecin généraliste mais un véritable atout. La conférence et le diaporama en accès libre invitent les médecins généralistes à s’intéresser davantage à la recherche interventionnelle et à la surveillance des interventions non médicamenteuses (INM) pour améliorer la prescription et l’orientation vers des professionnels qualifiés, et en premier lieu pour optimiser l’efficacité des INM au profit des patients.

Les INM sont devenues un atout de la médecine générale. 

Ninot-CNGE-2007


Les références

Bouvenot G, Vray M (2006). Essais cliniques : théorie, pratique et critique (4e edition). Paris: Médecine Sciences Publications.

Haute Autorité de Santé (2011). Développement de la prescription de thérapeutiques non médicamenteuses validées. Paris: HAS Edition.

Ninot G (2014). Définir la notion d’intervention non médicamenteuse. Blog en Santé, A16.


Pour citer cet article du Blog en Santé ©

Ninot G (2017). L’innovation en médecine générale avec l’approche globale: Un chemin vers les INM. Blog en Santé, C8.

© Copyright 2017 Grégory Ninot. All rights reserved.

5 thoughts on “Les interventions non médicamenteuses (INM): un atout pour la médecine générale
  1. Véronique Planet Medica says:

    Merci pour cet article. Cependant, les médecins généralistes ne sont-ils pas contre cette pratique d’INM? Surtout contre les messages et les interventions non accréditées par eux-mêmes, justement car le dosage des traitements et les effets contradictoires avec les prescriptions médicales représentent un risque pour le patient?

    • Gregory Ninot says:

      Les médecins généralistes, comme on a peut le constater dans leur Congrès national CNGE 2017 à Montpellier souhaitent faire la part des choses entre des solutions non pharmacologiques fondées sur la science, autrement dit des INM, et des solutions dangereuses ou sans effet. Ils souhaitent recommander à leur patients avec plus de certitude certaines INM pour des problèmes de santé qu’ils ont su identifier. Ils souhaitent aussi connaître tous les bénéfices et les risques attendus de chaque INM. Merci de votre commentaire.

  2. In vitro Tunisie says:

    C’est une excellente innovation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *