Junior

Efficacité de l’E-Santé contre la malbouffe

Efficacité de l’E-Santé contre la malbouffe

 

Une méta-analyse s’intéresse à l’efficacité des nouvelles technologies de l’information et de la communication dans l’amélioration des comportements alimentaires.

Une méta-analyse anglaise de Harris et ses collaborateurs publiée dans la revue Health Technology Assessment en 2011 teste les bénéfices de l’e-Santé sur les comportements alimentaires des adolescents et des adultes. 43 études ont pu être recensées dans la littérature scientifique et médicale internationale. Hélas, l’hétérogénéité des méthodes employées ne permet partir d’isoler un résultat probant en matière d’efficacité ou de gains économiques. Par contre, l’étude donne des pistes de réflexion pour pouvoir harmoniser les méthodologies des études afin de parvenir à de solides conclusions sur le sujet.


Le rationnel de l’étude

Les campagnes promotionnelles de changement de comportements alimentaires montrent leurs limites. Un domaine des interventions non médicamenteuses encore sous-exploité concerne les nouvelles technologies de l’information et de la communication, les TIC santé aussi appelées e-Santé. Il peut s’agir de sites Internet, d’applications pour téléphone, de logiciels pour tablette informatique… Que sait-on vraiment de leurs bénéfices dans l’aide au changement des comportements alimentaires ? Sont-elles vraiment plus efficaces et moins coûteuses que des consultations individuelles avec des professionnels de santé ?

Les nouvelles technologies sont très prometteuses dans l’aide au changement de comportements alimentaires. Encore faut-il vérifier leur efficacité…  

La question posée

Quelle est l’efficacité de l’E-Santé dans l’aide au changement de comportement alimentaire ?

Le protocole

La méta-analyse s’appuie sur les essais randomisés contrôlés publiés sur la question chez les adolescents et les adultes. 43 études ont été recensées. Les analyses portaient sur différents critères d’efficacité, la proportion quotidienne consommée de fruits et légumes, les matières grasses quotidiennes consommées, la proportion de fibres consommée, la ration alimentaire quotidienne, le poids corporel perdu, l’indice de masse corporelle et les économies réalisées (coûts directs).

Les résultats principaux

Aucun résultat d’efficacité ne peut être donné à cause de l’hétérogénéité des méthodes employées dans les 43 essais randomisés contrôlés.

Les méthodes des essais randomisés contrôlés actuels dans l’e-santé sont trop différentes pour qu’une revue systématique puisse conclure clairement sur leur efficacité dans l’amélioration des conduites alimentaires. 


Le message pour les patients

Les systèmes e-santé ne font pas pour l’instant la preuve de leur supériorité dans le contrôle du poids comparé aux solutions traditionnelles. Cela ne veut pas dire qu’elles ne sont pas efficaces. Il manque juste des études sérieuses pour le vérifier.

Le message pour les professionnels

L’E-santé ne fait pas encore la preuve de sa supériorité dans le contrôle du poids comparé aux méthodes en face à face. Cela ne veut pas dire qu’elles ne sont pas efficaces. Il manque juste des études sérieuses pouvoir le dire.

Le message pour les chercheurs

Une méta-analyse ne peut pas conclure actuellement sur la question posée à cause de l’hétérogénéité des méthodes utilisées dans les essais randomisés contrôlés. Les 43 études publiées divergent trop en matière de populations cibles, de critère d’efficacité testé, du contenu de l’intervention, des référentiels théoriques, de mode d’administration et de la « dose » d’E-santé proposée. Les essais cliniques dans l’e-Santé n’en sont qu’à leur début.

Le message pour les décideurs

Déclarer que les systèmes e-santé sont indispensables aux méthodes visant à perdre du poids ou changer de comportements alimentaires est prématurée d’après les études publiées jusqu’en 2011. De rigoureux essais randomisés contrôlés manquent pour établir une véritable valeur ajoutée de ces technologies dans l’aide à l’amélioration des conduites alimentaires. Ces études devront distinguer les systèmes e-Santé d’appui aux thérapies comportementales (par exemple une thérapie cognitivo-comportementale) des systèmes e-Santé autonomes.


La référence

Harris J, Felix L, Miners A, Murray E, Michie S, Ferguson E, Free C, Lock K, Landon J, Edwards P (2011). Adaptive e-learning to improve dietary behaviour: a systematic review and cost- effectiveness analysisHealth Technology Assessment, 15, 1-7.


Pour citer cet article du Blog en Santé ©

Ninot G (2014). Efficacité de l’E-Santé contre la malbouffe. Blog en Santé, A32.

© Copyright 2014 Grégory Ninot. All rights reserved.

One thought on “Efficacité de l’E-Santé contre la malbouffe
  1. ALICE says:

    Article très intéressant ! Je vous félicite pour le blog aussi, c’est du sérieux travail ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *