Bouger

Prévenir les chutes des seniors

Prévenir les chutes des seniors

Une étude vérifie l’efficacité d’un programme multidisciplinaire dans la réduction des chutes de personnes de plus de 70 ans vivant à domicile.

L’essai randomisé contrôlé espagnol de Perula et ses collaborateurs publié dans la revue Archives of Physical Medicine and Rehabilitation en 2012 teste l’efficacité d’un programme d’interventions multifactorielles sur le risque de chute de personnes âgées de plus de 70 ans vivant à domicile. Les résultats mettent en évidence une réduction du risque de chute après 12 mois de suivi mais sans différence statistiquement significative entre le groupe intervention et le groupe contrôle ayant reçu des documents sur la prévention de la chute. La seule différence statistique en faveur du groupe interventionnel se situe au niveau de la peur de la chute.


Le rationnel de l’étude

L’étude s’intéresse à un problème majeur chez les personnes de plus de 65 ans, la prévention de la chute. Cette dernière entraîne des conséquences douloureuses et handicapantes. Dans 25% des cas, elle provoque des blessures physiques et un isolement social. Dans 5% des cas, elle engendre une fracture qui, à cet âge, guérit plus difficilement et surtout plus lentement. Une des manières de prévenir le risque de chute serait selon les auteurs de l’article de proposer un programme d’activité physique combiné à des actions spécifiques de prévention réalisées par des professionnels de santé.

Dans 25% des cas, une chute chez les personnes âgées de plus de 65 ans provoque des blessures physiques et un isolement social.

La question posée

Un programme éducatif réduit-il le nombre de chutes chez les personnes de plus de 70 ans vivant à domicile?

La méthode

L’essai randomisé contrôlé teste les bénéfices d’un programme d’interventions multifactorielles sur le risque de chute de personnes âgées de plus de 70 ans vivant à leur domicile. Les participants ne souffraient d’aucune pathologie handicapante. Les participants du groupe interventionnel suivait un programme comprenant 5 séances supervisées d’activité physique, un manuel d’informations pour éviter les chutes au domicile, un plan personnalisé d’exercices physiques à faire à domicile, une consultation avec une infirmière, une consultation avec un médecin, et 2 visites à domicile d’une infirmière pour détecter les risques de chute et vérifier que les recommandations étaient bien appliquées. Les participants du groupe contrôle recevaient uniquement des conseils individuels brefs et une brochure d’information sur la prévention des risques de chute. L’étude porte sur 404 personnes. Une évaluation a eu lieu 12 mois après le programme.

L’intervention non médicamenteuse (INM) testée

L’intervention non médicamenteuse comprenait 5 séances collectives d’activité physique de 90 minutes en 3 semaines encadrées par un kinésithérapeute. Il s’agissait d’exercices physiques mixtes réalisés en atelier. Ils visaient à améliorer la souplesse, la force musculaire, l’équilibre et la marche. Les participants recevaient également un manuel d’informations sur les bonnes pratiques pour éviter les chutes au domicile et un programme d’exercice physique à faire régulièrement (marcher au moins 30 minutes par jour, faire les exercices recommandés au moins 4 fois par semaine). A cela s’ajoutait une rencontre avec une infirmière qui sensibilisait les participants aux risques de chute et à leur conséquence, aux conditions de leur survenue, aux stratégies d’aménagement de l’environnement pour les éviter et à la manière de les repérer. Le programme comprenait également une consultation individuelle du médecin de famille pour motiver à la participation au programme et à repérer précocement les situations à risque de chute. Le programme de 3 semaines incluait enfin 2 visites à domicile d’une infirmière pour détecter les risques environnementaux de chute et vérifier que les recommandations étaient bien appliquées par les participants.

Les résultats principaux

Les résultats mettent en évidence une réduction du risque de chute mais sans différence statistiquement significative entre le groupe intervention et le groupe contrôle ayant reçu des documents sur la prévention de la chute. Un an après le programme, le nombre de chutes dans le groupe intervention est de 27,5% contre 49,3% pour le groupe contrôle. Pour autant, ces résultats ne sont pas statistiquement significatifs. Le nombre de fracture ne diffère pas. La seule différence en faveur du groupe interventionnel se situe au niveau de la peur de la chute.

Un an après le programme, le nombre de chutes dans le groupe intervention est de 27,5% contre 49,3% pour le groupe contrôle. Pour autant, ces résultats ne sont pas statistiquement significatifs.


Le message général

L’information sur la prévention de la chute chez les personnes de plus de 70 ans résidant à domicile est déjà efficace. Cette étude n’apporte pas la preuve qu’une intervention plus soutenue durant 3 semaines amène un bénéfice supérieur.

Le message pour les professionnels

Réaménager son lieu de vie et faire plus régulièrement de l’activité physique est un conseil minimal à donner aux personnes de plus de 70 ans vivant à domicile pour prévenir leur risque de chute. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour savoir quel programme multidisciplinaire bénéficierait plus à ces personnes.

Le message pour les chercheurs

Les résultats de cet essai randomisé contrôlé montre une tendance sans différences statistiquement significatives entre les groupes intervention et contrôle. Une réflexion doit être menée en amont sur le contenu à proposer au groupe contrôle, sur le nombre de sujets nécessaires à l’étude et sur les critères d’efficacité. Sur ce dernier point, l’étude montre que la seule différence entre les deux groupes se situe sur un critère auto-rapporté (la peur de chuter) et non sur des critères objectifs (le nombre de chutes ou de fractures).

Le message pour les décideurs

L’information sur la prévention de la chute chez les personnes de plus de 70 ans résidant à domicile devrait être systématique de la part des professionnels de santé. Si des programmes spécifiques doivent être proposés en plus, des recherches doivent encore être menées pour en préciser leur contenu.


La référence

Pérula LA, Varas-Fabra F, Rodriguez V (2012). Effectiveness of a Multifactorial Intervention Program to Reduce Falls Incidence Among Community-Living Older Adults: A Randomized Controlled TrialArchives of Physical Medicine and Rehabilitation, 93, 1677-1684.


Pour citer cet article du Blog en Santé ©

Ninot G (2014). Prévenir les chutes des seniors. Blog en Santé, A23.

© Copyright 2014 Grégory Ninot. All rights reserved.

One thought on “Prévenir les chutes des seniors
  1. Amandine says:

    Effectivement, même si statistiquement il n’y a pas beaucoup de différence entre le groupe intervention et le groupe contrôle il est très important d’informer aux personnes âgées sur la prevention de la chute

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *