Avis de sociétés savantes

Que faire après un programme de réhabilitation respiratoire?

Que faire après un programme de réhabilitation respiratoire?

Le Collège Américain des Pneumologues et l’Association Américaine de Réhabilitation Cardiovasculaire et Respiratoire recommandent aux patients souffrant d’une BPCO de poursuivre leur réhabilitation afin de maintenir leurs acquis.

Le Collège Américain des Pneumologues (ACCP) et l’Association Américaine de Réhabilitation Cardiovasculaire et Respiratoire (AACVPR) ont publié dans la revue Chest en 2007 un guide fondé sur des conférences de consensus. Le guide souligne que si les bénéfices d’une phase de réhabilitation chez des patients présentant une BPCO sont démontrés, ils déclinent graduellement entre 12 et 18 mois. Les experts recommandent aux professionnels d’aider les patients à trouver des structures de post-réhabilitation de proximité permettant de maintenir les bénéfices acquis  au cours d’une période de réhabilitation intensive.


Le rationnel

La Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO) est la cinquième cause de mortalité dans le monde. Elle touche 1,5 million de personnes rien qu’en France. La cause de la BPCO est essentiellement le tabagisme actif et/ou passif. Cette maladie est pour l’instant non guérissable. Le Collège Américain des Pneumologues (ACCP) et l’Association Américaine de Réhabilitation Cardiovasculaire et Respiratoire (AACVPR) ont fait un état des connaissances sur les bénéfices de la réhabilitation et l’après réhabilitation. Ils ont ensuite émis des recommandations dans ce guide. Une réhabilitation doit être conçue selon le comité d’experts comme multidisciplinaire (exercice physique, nutrition, éducation thérapeutique, accompagnement psychologique), individualisée (programme adapté aux besoins de chacun) et portant autant d’attention sur les aspects physiques que psychologiques et sociaux. Le rapport donne différents avis avec des niveaux de preuve. Parmi tous les avis donnés dans le guide, un en particulier est à signaler.

Les progrès accomplis lors d’un programme de réhabilitation s’estompent après une année si rien n’est fait par le patient souffrant d’une BPCO.

La question posée

Combien de temps persistent les bénéfices d’une phase de réhabilitation pour les personnes présentant une BPCO?

Le protocole

Cette revue de question basée sur des conférences de consensus se base sur une revue systématique de la littérature scientifique et médicale publiée entre 1996 et 2004. Ce travail a duré deux ans.

Les résultats principaux

Les sociétés savantes américaines ACCP et AACVPR concluent qu’une phase de réhabilitation chez des patients présentant une BPCO est bénéfique aux patients sur les plans biologiques, physiques, psychologiques et sociaux (Grade A, Evidence Based Medicine). Les auteurs recommandent ainsi aux patients BPCO de participer à un programme de réhabilitation car ses bénéfices sur la qualité de vie, la santé et le vécu psychologique de la maladie sont démontrés (Grade A, Evidence Based Medicine). Toutefois, ces bénéfices s’estompent progressivement dans les 12 à 18 mois qui suivent la réhabilitation. Les experts recommandent aux patients de trouver des structures locales de post-réhabilitation permettant de maintenir leurs acquis.

Les patients souffrant de BPCO devraient trouver des structures locales de post-réhabilitation pour maintenir les bénéfices acquis lors d’un programme de réhabilitation.


Le message pour les patients

Une réhabilitation n’est pas une fin en soi. Elle ne guérit pas la BPCO, mais elle améliore le souffle, l’autonomie physique, l’humeur et la qualité de vie. Les sociétés savantes américaines ACCP et AACVPR recommandent à tous les patients ayant participé à un programme de réhabilitation de poursuivre leur effort dans le cadre de structures spécialisées.

Le message pour les professionnels

Un programme de réhabilitation améliore les facteurs cliniques, l’autonomie fonctionnelle, la qualité de vie et réduit les jours d’hospitalisation dans la BPCO. La multidisciplinarité inhérente au programme permet d’aborder toutes les facettes de la BPCO. Penser à l’après réhabilitation est central pour maintenir les acquis. Il faudrait ainsi pouvoir proposer à chaque patient une solution lui permettant de poursuivre sa réhabilitation près de son domicile. 

Le message pour les chercheurs

La participation à ces conférences de consensus est très formatrice pour un chercheur. Elle exige un esprit analytique, une démarche synthétique, une approche pragmatique, une travail multidisciplinaire et un sens de l’éthique. Elle fait également réfléchir à ce qui peut être attendu et extrait d’une recherche clinique.

Le message pour les décideurs

Cet avis a été donné en 2007 par deux sociétés savantes américaines, le Collège Américain des Pneumologues (ACCP) et l’Association Américaine de Réhabilitation Cardiovasculaire et Respiratoire. La Société de Pneumologie de Langue Française a suivi le même type de démarche dès 2009 dans une publication dont il sera fait état ultérieurement dans ce blog.


La référence

Ries AL, Bauldoff GS, Carlin BW, Casaburi R, Emery CF, Mahler DA, Make B, Rochester CL, ZuWallack R, Herrerias C (2007). Pulmonary Rehabilitation: Joint American College of Chest Physicians and American Association of Cardiovascular and Pulmonary Rehabilitation Evidence-Based Clinical Practice Guidelines. Chest, 131, 4-42.


Articles similaires du Blog en Santé ©

Sur le même thème

Sur le même public

Sur la même intervention non médicamenteuse


Pour citer cet article du Blog en Santé ©

Ninot G (2014). Que faire après un programme de réhabilitation respiratoire? Blog en Santé, A5.

© Copyright 2014 Grégory Ninot. All rights reserved.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *